Accueil » Outils santé » Actualité santé » Les Canadiens croient que le sucre et la graisse saturée sont plus nocifs que la marijuana

Les Canadiens croient que le sucre et la graisse saturée sont plus nocifs que la marijuana

Tombant à pic pour le « 420 » ou la Journée mondiale du cannabis, les résultats d'une vaste enquête publiés par DIG Insights, une société de recherche mondiale de premier plan, lèvent le voile sur l'usage de la marijuana en Amérique du Nord ainsi que les attitudes du public à ce sujet, y compris la légalisation et bien d'autres questions encore.

Les Canadiens croient que le sucre et la graisse saturée sont plus nocifs que la marijuana

TORONTO, 17 avril 2017 /CNW/ - « Notre objectif était de mener une étude de recherche sur mesure qui servirait de référence pour l'industrie du cannabis, les législateurs et les autres parties intéressées », a déclaré Rory McGee, directeur de la recherche chez DIG Insights, Inc. « Ce que nous constatons, c'est que la légalisation de la marijuana au Canada n'avait que trop tardé. S'agissant des perceptions et des attitudes, la consommation de marijuana fait moins sourciller. Le fait que les Canadiens considèrent l'usage de la marijuana comme étant moins nocif que le sucre et la graisse laissent croire que les vieux stéréotypes n'ont plus cours. »

Santé :

Seulement 18 % des Canadiens croient que la marijuana est « très nuisible », un pourcentage inférieur à celui de l'alcool (19 %), du sucre traité (25 %) et de la graisse saturée (33 %). Une majorité (51 %) croit que l'usage de la marijuana peut être bénéfique, tandis que seulement 33 % croient que les habitués réussissent moins dans la vie. Toutefois, 29 % déclarent avoir un ami proche ou un membre de la famille dont la vie a souffert en raison de la marijuana.

Consommation :

D'après les résultats, environ 1 Canadien sur quatre (24 %) a fait usage de la marijuana à des fins récréatives au cours de la dernière année et une tranche supplémentaire de Canadiens, soit 19 %, pourrait l'utiliser si elle devenait légale. L'usage de la marijuana est la plus élevée chez les personnes âgées de 18 à 34 ans (34 %), celles qui gagnent moins de 60 000 $ (30 %) et les Québécois (38 %). Près de 12 % des hommes âgés de 18 à 34 ans déclarent fumer de la marijuana tous les jours.
Ceux qui le font actuellement disent qu'elle les aider à se détendre (24 %) ou à réduire le stress et l'anxiété (18 %). Fait intéressant, alors que fumer la marijuana reste le mode de consommation la plus courante, 39 % disent avoir essayé des comestibles, ce qui montre qu'il existe pour les producteurs un potentiel de marché croissant. Les utilisateurs plus jeunes sont aussi parmi ceux qui ont plus probablement essayé le vapotage.

Activités :

Lorsque les utilisateurs sont en étant d'euphorie, ils vont très probablement regarder la télévision (43 %), écouter de la musique (38 %), manger (33 %), socialiser (32 %) ou boire de l'alcool (28%). Les jeunes étaient moins susceptibles de combiner la marijuana avec l'alcool comparativement aux adultes âgés de plus de 35 ans.

Achat :

Près de la moitié des Canadiens disent se fournir en marijuana en l'achetant directement (48 %), tandis que d'autres consomment ce qu'ils obtiennent de tiers (27 %) et 24 % déclarent avoir un ami ou un membre de leur famille qui l'achète pour eux. Ceux qui l'achètent se procurent généralement un quart d'once ou moins. Le prix moyen est de 7 $/gramme. Malgré le fait que la marijuana n'est encore légalisée, 15 % disent qu'ils en achètent chez les dispensaires. La plupart (45 %), cependant, en achètent chez quelqu'un. Une grande majorité (80 %) déclarent se sentir très en sécurité lorsqu'ils achètent la marijuana et plus de la moitié affirment qu'ils ne s'inquiètent jamais de l'intervention de la police.

Légalisation :

La majorité des Canadiens (56 %) sont en faveur de la légalisation, la proportion est très élevée chez les hommes (61 %), en particulier les hommes plus jeunes (82 %) et la génération millénaire dans l'ensemble (68 %). Parmi les utilisateurs actuels de marijuana, 18 % disent qu'ils vont probablement en consommer plus, une fois qu'elle aura été légalisée.

Publication Index Santé : 2017-04-17 - Nombre de visites depuis la publication : 15709

Index Santé vous suggère
Inscription
Suivez-nous sur Facebook