Accueil » Outils santé » Actualité santé » Les Canadiens souffrant d'un myélome multiple doivent pouvoir accéder aux thérapies dès maintenant

Les Canadiens souffrant d'un myélome multiple doivent pouvoir accéder aux thérapies dès maintenant

Le myélome multiple, que l'on appelle communément myélome, est un cancer incurable des cellules plasmocytaires situées dans la moelle osseuse.

Les Canadiens souffrant d'un myélome multiple doivent pouvoir accéder aux thérapies dès maintenant

MONTRÉAL, le 5 juill. 2017 /CNW/ - Chaque jour, sept Canadiens reçoivent un diagnostic de cette maladie dont la prévalence augmente, mais qui demeure relativement méconnue. Bien qu'incurable, le myélome peut être traité, et grâce à un certain nombre de thérapies novatrices qui ont vu le jour au cours de ces dernières années, les patients vivent plus longtemps et peuvent mener une vie plus productive. Toutefois, le myélome se caractérise par des cycles où la maladie est contrôlée et des cycles de rechute. Dans la plupart des cas, le traitement finira par ne plus faire effet. Par conséquent, l'accès aux nouveaux traitements est vital pour les patients dont les options sont limitées. Des milliers de Canadiens en dépendent.

En 2016, Santé Canada a approuvé trois nouveaux médicaments pour le traitement du myélome : le carfilzomib (KyprolisMD), le 15 janvier 2016; le daratumumab (DarzalexMD), le 19 juin 2016 et l'ixazomib (NinlaroMC), le 8 août 2016. Bien que l'approbation de Santé Canada soit une étape nécessaire pour accéder à de nouvelles options de traitement, c'est le Programme pancanadien d'évaluation des anticancéreux (PPEA) qui recommande si un nouveau médicament doit être financé par le régime public ou non. On observe avec inquiétude qu'aucun de ces traitements novateurs, approuvés par Santé Canada, ne fait l'objet de financement par quelque régime public provincial que ce soit. Au cours des 12 derniers mois, le PPEA a émis des remboursements négatifs (en matière de financement) à la fois pour le daratumumab (DarzalexMD) et l'ixazomib (NinlaroMD). Même s'il a reçu des recommandations positives par le PPEA le 21 juin 2016, le carfilzomib (Kyprolis) est toujours en attente des décisions de négociation avec l'Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP), l'organisme qui négocie le prix des médicaments avec les sociétés pharmaceutiques avant qu'ils soient financés par le régime public provincial.

« L'approbation d'un médicament ne signifie rien pour les patients s'ils ne peuvent pas accéder au traitement qui pourrait leur changer leur vie », a déclaré Aldo Del Col, cofondateur et président de Myélome Canada. « Les Canadiens souffrant de myélome multiple méritent de pouvoir accéder à des options de traitement approuvées dès maintenant. Les patients ne peuvent pas attendre. Nous continuerons de défendre les patients, de nous impliquer, de soutenir la recherche et de faire entendre notre voix pour les Canadiens souffrant de myélome multiple afin de leur garantir un accès sûr et renforcé aux traitements approuvés dans un avenir proche. »

En 2016, Myélome Canada a produit deux présentations au nom des patients à l'intention du PPEA pour le daratumumab, en association avec la dexaméthasone, et un pour l'ixazomib, en association avec le lénalidomide (RevlimidMD) et la dexaméthasone. Malgré les évaluations prioritaires de Santé Canada, les données cliniques probantes, et les commentaires de patients de Myélome Canada montrant non seulement un soutien à ces thérapies approuvées, mais aussi le besoin d'y accéder, le PPEA a émis des évaluations négatives pour le daratumumab et l'ixazomib, limitant ainsi gravement l'accès du patient à ces traitements.

Le rôle de Myélome Canada est de s'assurer que la voix du patient se fait entendre. Pour cela, Myélome Canada mène fréquemment des sondages auprès des patients et des aidants naturels au Canada pour évaluer l'impact de la maladie sur la qualité de vie, les besoins des patients, l'attente en matière de traitement et les répercussions des nouvelles thérapies. Les résultats de notre sondage auprès des patients et des aidants naturels ont été envoyés au PPEA en tant que composant essentiel pour leur processus d'évaluation visant à documenter et à définir les besoins des patients. Myélome Canada continuera le dialogue avec le PPEA en faveur de l'accès aux médicaments et continuera de soumettre les commentaires dans le cadre de leurs procédures.

Publication Index Santé : 2017-07-05 - Nombre de visites depuis la publication : 6405

Index Santé vous suggère
Inscription
Suivez-nous sur Facebook