Accueil » Outils santé » Actualité santé » Le trouble dépressif persistant (TDP) : une maladie mentale qui passe trop souvent sous le radar

Le trouble dépressif persistant (TDP) : une maladie mentale qui passe trop souvent sous le radar

La Fondation Compagnom lance aujourd'hui la première campagne de sensibilisation au trouble dépressif persistant (TDP), un trouble de l'humeur peu connu, qui toucherait pourtant jusqu'à 6 % de la population.

Le trouble dépressif persistant (TDP) : une maladie mentale qui passe trop souvent sous le radar

MONTRÉAL, le 29 mai 2017 /CNW Telbec/ - Sous le thème Le TDP, Le re-connaissez-vous?, la campagne, qui s'échelonnera jusqu'au 2 juin 2017, vise à faire connaître et reconnaître ce trouble auprès du grand public afin de susciter la discussion et les échanges en lien avec la maladie.

Aussi connu sous le nom de dysthymie, le trouble dépressif persistant (TDP) est un trouble de l'humeur chronique impliquant un spectre dépressif caractérisé par une humeur déprimée chronique présente la plupart du temps pendant au moins deux ans. Il s'agit d'une maladie (parfois héréditaire) avec plusieurs niveaux d'intensité (légère, moyenne et sévère) dont les symptômes s'apparentent à ceux du trouble dépressif majeur.

Le TDP peut se manifester chez n'importe qui (jeune et adulte), mais il est diagnostiqué deux à trois fois plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Le traitement optimal recommandé pour les patients atteints de TDP est la combinaison des trois méthodes suivantes : la médication, la psychothérapie ainsi que l'adoption de saines habitudes de vie.

« Nous avons initié cette campagne afin de démystifier et de faire parler du TDP, mais également pour outiller et soutenir les personnes qui en sont atteintes ainsi que leurs proches. », affirme Serge Choinière, président-fondateur de la Fondation Compagnom et porte-parole de la campagne. « Je suis moi-même atteint depuis de nombreuses années par cette maladie, dont je n'avais pourtant jamais entendu parler avant mon diagnostic en 1999, alors que j'étais âgé de 50 ans. C'est la preuve qu'un effort de sensibilisation était nécessaire. »

Gustavo Turecki, M.D., Ph.D, chef, Programme des troubles dépressifs, Institut Douglas, Directeur, Réseau québécois sur le suicide et les troubles de l'humeur et troubles associés (RQSHA) ainsi que Jean-Pierre Gouin, médecin de famille, se joignent à la campagne à titre de porte-paroles, afin de contribuer à sensibiliser la population, mais également le monde médical aux effets néfastes de cette maladie.

« Le trouble dépressif persistant est une maladie peu connue et par conséquent, peu diagnostiquée alors que cela touche une partie importante de la population. Bien que les personnes atteintes sont généralement capables de fonctionner au quotidien, il n'en demeure pas moins qu'elles souffrent beaucoup tant les symptômes sont subtils et insidieux », explique le docteur Turecki.

« En tant que médecin de famille, être à l'écoute de mes patients, les aider à mettre des mots sur leur situation et gagner leur confiance sont au cœur de ma pratique », explique le docteur Gouin. Par exemple, dans le cas du TDP, il faut prendre le temps de poser les bonnes questions afin d'établir le bon diagnostic.»

Plusieurs outils et actions pour passer le mot

Plusieurs outils ont été développés dans le cadre de la campagne afin de faire connaître le trouble dépressif persistant. En effet, une vidéo ainsi que le site cestquoiletdp.ca ont été réalisés pour sensibiliser le grand public à l'existence du trouble dépressif persistant.

Les gens seront invités à consulter et à partager au sein de leur réseau leurs témoignages ainsi que les différents outils de la campagne (vidéo, site Internet, bannière web, affiche, etc.) en utilisant le mot-clic #cestquoileTDP.

Plusieurs partenaires crédibles ont décidé de joindre leur voix à la campagne, notamment en partageant l'information dans leur réseau : REVIVRE, la Fondation Tel-Jeunes, Tel-Aide, le Mouvement Action Découverte, l'Association canadienne pour la santé mentale - division Montréal, l'Association canadienne pour la santé mentale - filiale Québec, le Mouvement Santé mentale Québec, la Fondation Jeunes en Tête, le Regroupement des organismes de base en santé mentale (ROBSM), l'Association de parents pour la santé mentale de Saint-Laurent Bordeaux-Cartierville (APSM), Parents et amis du bien-être mental du Sud-Ouest de Montréal, l'Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (AQRP), Phobies-Zéro, l'Abri en Ville et Montréal marche pour la santé mentale.

Publication Index Santé : 2017-05-29 - Nombre de visites depuis la publication : 46030

Index Santé vous suggère
Suivez-nous sur Facebook
Inscription