Accueil » Chroniques santé » Santé physique » Le syndrome du tunnel carpien

Le syndrome du tunnel carpien

Souvent causé par des mouvements répétitifs liés au travail, le syndrome du tunnel carpien touche environ 3 % de la population. Il se résume comme étant la compression du nerf médian du poignet qui assure la sensibilité du pouce, de l'index et du majeur.

Le syndrome du tunnel carpien

Le tunnel carpien se situe au niveau du poignet et entoure des nerfs, des vaisseaux et des tendons. Il représente une zone anatomique rigide. Sa base est formée d'os carpiens et son extrémité, d'un ligament épais. Le nerf médian ainsi que les 9 tendons fléchisseurs des doigts passent à l'intérieur de ce ligament. Le syndrome du tunnel carpien se caractérise par la compression du nerf médian qui assure la sensibilité au niveau du pouce, du majeur et de l'index. Il assure également la motricité des muscles situés dans le pouce.

Personnes les plus à risque

Les personnes les plus susceptibles de souffrir du syndrome du tunnel carpien sont les femmes d'une cinquantaine d'années, les personnes diabétiques, les travailleurs effectuant des mouvements répétitifs, les personnes souffrant de maladies thyroïdiennes et les femmes enceintes.

Principaux symptômes

Les principaux symptômes liés au syndrome du tunnel carpien sont des douleurs et des engourdissements ressentis à la main et à l'avant-bras. Chez certaines personnes, les douleurs sont plus fortes jusqu'à perturber le sommeil. Sans aucune intervention, le nerf devient de plus en plus comprimé et la force du pouce diminue significativement empêchant certaines fonctions manuelles. Le majeur et l'index peuvent aussi être affectés.

Soulagement des symptômes et traitements

Suite à une consultation auprès d'un médecin spécialiste, ce dernier établira un diagnostic d'après les résultats d'un questionnaire sur les symptômes de son patient. Il sera aussi parfois nécessaire de procéder à un électromyogramme qui confirmera la compression du nerf médian.

Le traitement sera déterminé en fonction du degré de compression du nerf et par les examens cliniques. Si la compression est légère et n'est qu'à ses débuts, différentes approches seront envisagées comme le port d'une attelle durant la nuit. L'injection de cortisone pourra aussi réduire ou faire disparaître les symptômes. Dans le cas où les douleurs reviennent, ce qui se produit fréquemment après quelques mois, une intervention chirurgicale sera alors envisagée.

Intervention chirurgicale

La chirurgie se fait habituellement sans aucune anesthésie et est considérée comme une intervention mineure en médecine ambulatoire (médecine d'un jour). L'objectif de la chirurgie sera de sectionner le ligament pour ainsi libérer la compression du nerf médian. Suite à cette intervention, le patient notera une disparition assez rapide des engourdissements et des douleurs. Cependant, la récupération peut être plus longue si le patient souffrait d'une perte de sensibilité importante. Dans ce cas, une réelle amélioration sera notable qu'au bout de six mois environ.

Suite à cette opération, le patient aura un pansement jusqu'au retrait des points de suture (environ 15 jours). Il est important de bouger les doigts durant cette période. Un arrêt de travail de quelques semaines sera nécessaire si le patient travaille manuellement. Toute chirurgie comporte un risque. Dans le cas de cette chirurgie, des vaisseaux, des nerfs ou des tendons peuvent être endommagés. Une infection ou des douleurs résiduelles peuvent aussi survenir. Cependant, la majorité des personnes ayant subi cette intervention sont très satisfaites des résultats.

N'hésitez pas à consulter un médecin ou un professionnel de la santé qualifié si vous avez des doutes sur votre santé. Vous pouvez également consulter la section « Le syndrome du tunnel carpienOuvrir dans une nouvelle fenêtre » publiée par l'Association des spécialistes en chirurgie plastique et esthétique du Québec pour en savoir davantage sur le syndrome du tunnel carpien.

Publication Index Santé : 2019-06-18

Index Santé vous suggère
Inscription
Emplois en santé
Suivez-nous sur Facebook