•  Accueil » Outils santé » Actualité santé » Les deux tiers des Canadiens affirment que leur employeur a veillé au soutien de leur santé mentale pendant la pandémie

Les deux tiers des Canadiens affirment que leur employeur a veillé au soutien de leur santé mentale pendant la pandémie

Une nouvelle étude démontre également que la souplesse du milieu de travail est plus importante que le soutien financier pour nombre de Canadiens.

Les deux tiers des Canadiens affirment que leur employeur a veillé au soutien de leur santé mentale pendant la pandémie
WINNIPEG, MB, le 19 févr. 2021 /CNW/ - Alors que la pandémie de COVID-19 sévit dans le monde depuis bientôt un an, l'initiative Stratégies en milieu de travail sur la santé mentale, gracieuseté de la Canada Vie, publie une nouvelle étude qui montre que 68 % des employés canadiens se sont sentis soutenus par leur employeur pendant la pandémie. L'étude a été menée en décembre 2020, en collaboration avec Recherche en santé mentale Canada et l'Université Queen's.

« Voilà presque un an que la pandémie a frappé le Canada, et bien que la vaccination ait commencée, il y a encore beaucoup d'incertitude », affirme Mary Ann Baynton, directrice générale, Stratégies et collaboration, Stratégies en milieu de travail sur la santé mentale. « Sans le soutien adéquat, ce sentiment d'incertitude peut entraîner beaucoup de détresse qui se transpose dans le milieu de travail. C'est là que les employeurs peuvent jouer un rôle essentiel. »

86 % des répondants d'un échantillon plus restreint, qui ont répondu à des questions ouvertes, ont indiqué que des éléments comme les communications visant simplement à prendre des nouvelles, les formules de travail flexible et l'accès à des ressources de santé mentale étaient plus utiles que le soutien financier. Seulement 9 % des répondants ont mentionné que les primes et les augmentations de salaire ont favorisé leur santé mentale.

Les formes de soutien ont été jugées tout aussi utiles, quels que soient le sexe, l'âge, le niveau d'éducation, le revenu, la situation professionnelle (temps plein ou temps partiel) ou le fait d'avoir contracté la COVID-19.

Selon les répondants, les trois formes de soutien à la santé mentale les plus utiles offertes par leur employeur étaient les suivantes :

- Les ressources de santé mentale, comme de l'information sur les outils et les services existants ou offerts (32 %)

- Les formules de travail flexible comme le télétravail ou des heures de travail différentes (31 %)

- Des communications et des suivis fréquents, notamment par visioconférence, courriel et autre mode de communication électronique (23 %)

« Il n'est pas tout à fait surprenant que le soutien financier ait été moins important pour ces répondants puisqu'ils occupent actuellement un emploi. Ils se considèrent peut-être simplement chanceux d'avoir un travail alors que tant d'autres Canadiens n'en ont pas », déclare Mary Ann Baynton. « La bonne nouvelle, c'est que l'étude montre clairement qu'il existe des mesures simples que les employeurs peuvent prendre pour améliorer la situation, comme intégrer le bien-être dans les conversations quotidiennes au travail, prendre le téléphone pour demander comment va une personne ou lui indiquer les ressources disponibles qui peuvent l'aider. »

Voici d'autres conclusions importantes tirées de cette étude :

- Les Canadiens employés qui ont connu par le passé des problèmes de santé mentale ne présentent pas un plus grand risque d'éprouver une détresse liée à la pandémie de COVID-19.
Le risque est le même pour tous les employés. Il n'y a aucune différence significative sur le plan statistique en ce qui a trait à la détresse liée à la COVID-19 entre les employés qui ont connu des problèmes de santé mentale et ceux qui n'en ont pas connu.

- Les femmes éprouvent plus de détresse que les hommes.
Le genre constitue ici l'exception au risque d'éprouver une détresse mentale. En effet, 56 % des femmes interrogées ont indiqué qu'elles éprouvaient une détresse liée à la COVID-19, alors que seulement 44 % des hommes ont fait de même.

- La résilience est un facteur clé pour surmonter la détresse.
Les personnes qui ont évalué leur niveau de résilience personnelle comme étant moyen ou élevé étaient moins susceptibles de ressentir une détresse liée à la COVID-19. En même temps, 50 % des répondants ont indiqué que leur résilience personnelle était faible, ce qui les exposait à un risque plus élevé.

L'étude se base sur les réponses à un sondage qui ont été recueillies auprès de 1 600 adultes employés au Canada (à l'exclusion de ceux des territoires du Nord) et comporte une marge d'erreur de ± 1,9 %. À noter que de ces répondants, 306 ont répondu à des questions ouvertes sur des formes de soutien particulières et utiles.

Publication Index Santé : 2021-02-19 - Nombre de visites depuis la publication : 3948

À lire sur Index Santé :
Services Index Santé :
Actualité santé :
Suivez-nous sur Facebook
Emplois en santé
Inscription
Chroniques santé :
Emplois en santé :
Suivez-nous Actualités, chroniques et services santé à découvrir au Québec sur la page Facebook Index Santé.Ouvrir dans une nouvelle fenêtre Suivez Index Santé sur Facebook
Emplois en santé Consultez les offres d'emploi du répertoire Index Santé. Des centaines d'offres à découvrir. Emplois santé
Taux d'occupation Consultez le taux d'occupation dans les urgences des différents hôpitaux du Québec. Temps d'attente

Professionnels de la santé

Le répertoire Index Santé est un incontournable pour trouver rapidement des services en santé au Québec. Il offre aux professionnels de la santé une visibilité essentielle au développement de leur présence numérique. Vous œuvrez dans le domaine de la santé au Québec? Cliquez ici pour créer dès maintenant votre profil Index Santé.