Accueil » Chroniques santé » Santé physique » L'orthèse de genou

L'orthèse de genou

Que ce soit pour protéger, soulager la douleur ou soigner son genou, il existe un large éventail d'orthèses adaptées au besoin de chacun.

L'orthèse de genou

Depuis le début des années 1970, de plus en plus de modèles différents d'orthèses de genou voient le jour, allant de la simple genouillère élastique à l'attelle rigide. Ce dispositif que l'on place autour du genou est utilisé à des fins diverses : soigner une entorse, stabiliser le genou après une intervention chirurgicale, soulager la douleur causée par l'arthrose, etc.

L'attelle rigide

Suite à une entorse grave du genou avec rupture d'un ou plusieurs ligaments ou après une opération (ménisques, ligaments, fracture, pose d'une prothèse, etc.), le genou doit être immobilisé quelque temps, plusieurs semaines en général, pour lui permettre de se réparer correctement. Dans ce cas, on opte pour l'attelle rigide, car celle-ci empêche tout mouvement de l'articulation. En parallèle, une piqûre anti-phlébite est administrée quotidiennement pour empêcher les troubles de circulation.

L'enjeu des traitements du genou consiste à apporter la stabilité nécessaire tout en préservant la force musculaire et la solidité osseuse qui de plus, jouent un rôle important dans la protection du genou. Il est donc recommandé, lorsque c'est possible, de continuer à marcher en appuyant sur le pied (de préférence sans canne). Pour cette même raison, le patient doit, dès qu'il le peut, remplacer son attelle par un autre type d'orthèse, plus souple.

La genouillère articulée

La gamme des genouillères articulées permet le mouvement de flexion/extension du genou, tout en lui assurant une certaine stabilité grâce à des montants latéraux, le protégeant ainsi des mouvements de bascule sur le côté interne ou externe, fort dangereux lorsque les ligaments sont abîmés. Ce type d'orthèse sert donc à la réadaptation du genou, après le port d'une attelle rigide, ou en cas d'entorse moyenne (ligament partiellement rompu) ou d'instabilité des ligaments. Généralement, le patient est également suivi par un kinésithérapeute pour faire des exercices de rééducation.

La genouillère souple

Élastique, avec ou sans armatures, celle-ci possède de nombreuses applications. Après la genouillère articulée, elle est le dernier stade du traitement pour une entorse grave ou moyenne, mais on l'utilise aussi en cas d'entorse bénigne (ligament étiré). Le frottement cutané généré par la genouillère aiderait le cerveau à connaître le déplacement du genou et empêcherait ainsi bon nombre de faux mouvements. De plus, suite à une entorse ou une opération, le patient ressent souvent de l'appréhension à reprendre ses activités quotidiennes, et surtout le sport, sans « renfort ».

On se sert également de ce type de genouillères en cas d'épisodes de subluxation latérale, ou pour soulager les douleurs occasionnées par la gonarthrose (arthrose du genou), et enfin pour prévenir les chocs latéraux lors de la pratique de sports tels que le football, etc. Comme elle ne présente pas les mêmes inconvénients que les modèles plus rigides, celle-ci peut être portée aussi longtemps que nécessaire.

Modèles spécifiques

Il existe des genouillères spécialement conçues pour répondre à des besoins particuliers : soulagement plus efficace de la douleur causée par l'arthrose du genou, aide à la station debout et à la marche en cas de maladies neurologiques ou musculaires, etc. Par contre, il n'est généralement pas nécessaire de porter d'orthèse en cas de tendinite ou de simple lésion des ligaments.

Le genou est une articulation très complexe, il est donc recommandé de consulter un médecin dès la survenue du moindre symptôme. Celui-ci saura orienter le patient vers la solution appropriée. Il pourra également apporter des conseils pour remédier aux gênes occasionnées par le port d'une orthèse comme l'eczéma.

Publication Index Santé : 2015-03-27

Index Santé vous suggère
Emplois en santé
Suivez-nous sur Facebook
Inscription