Accueil » Chroniques santé » Vie sociale et communautaire » Les effets néfastes de l'intimidation

Les effets néfastes de l'intimidation

Les effets de l'intimidation chez un enfant peuvent avoir des conséquences graves sur sa santé tant physique que mentale et peuvent même avoir des répercussions jusqu'à l'âge adulte.

Les effets néfastes de l'intimidation

Un comportement intimidant peut se manifester très jeune. Un enfant d'âge préscolaire peut avoir des comportements associés à l'intimidation. Par contre, à cet âge, l'agression physique n'est pas planifiée. Pour obtenir l'objet de sa convoitise, un jeune enfant peut être prêt à tout. Ce comportement est considéré comme étant un signe précurseur à l'intimidation.

Qu'est-ce que l'intimidation?

Il est question d'intimidation lorsque des comportements agressifs et prémédités sont portés envers un autre enfant. L'enfant qui agresse se sent en position de pouvoir. Ce type de comportement apparaît généralement entre la préadolescence et l'âge de 14 ans. Durant cette période, l'enfant prend conscience des groupes d'amis qui se forment autour de lui et il désire lui aussi faire partie d'un groupe.

L'agresseur manque totalement de considération envers sa victime et est prêt à tout pour obtenir ce qu'il désire et surtout se faire remarquer au sein de son groupe. Les comportements agressifs peuvent se manifester verbalement ou physiquement. Ils peuvent également se manifester dans les relations amicales ou sexuelles. De plus, les réseaux sociaux et les téléphones intelligents sont très utilisés par les agresseurs pour intimider leurs victimes.

Quelques signes qu'un enfant est victime d'intimidation

Un enfant victime d'intimidation refusera souvent d'aller à l'école prétextant toutes sortes de faux malaises. Il deviendra très anxieux et son estime de lui-même sera grandement diminuée. Sur une longue période d'intimidation, l'enfant s'isolera des autres et éprouvera des malaises réels reliés à son anxiété.

L'enfant peut aussi devenir morose, son rendement scolaire sera affecté et il n'aura plus le goût de participer à ses activités préférées. L'enfant, étant en pleine croissance, peut même avoir des pertes de mémoire importantes dues à un débalancement hormonal causé par le stress. La dépression peut aussi apparaître et dans certains cas extrêmes certains enfants peuvent avoir des pensées suicidaires.

Le rôle des parents

Les parents ont un grand rôle à jouer pour prévenir l'intimidation et leur intervention est très importante lorsque certains comportements inacceptables sont décelés chez leur enfant. Des enseignements ainsi que des exemples d'empathie et de respect envers les autres devraient faire partie d'une bonne éducation à la maison et à l'école. Dès qu'un enfant montre des signes d'agressivité envers d'autres enfants ou utilise des approches verbales méprisantes, il est important que les parents interviennent très rapidement. Un jeune enfant qui agresse le fera également plus tard dans sa vie adulte.

Les parents qui observent tout changement inhabituel dans le comportement et les habitudes de leur enfant doivent en chercher la raison. Toute intimidation envers un autre enfant doit être signalée auprès des autorités scolaires ou sportives. Des mesures doivent être prises afin d'enrayer ce genre de comportements le plus rapidement possible.

Aide et ressources pour les parents

Un enfant victime d'intimidation a besoin d'un soutien. Les parents peuvent avoir recours à différentes ressources et documentations sur le Web, mais aussi par téléphone afin de parler à un intervenant. Pour obtenir de l'aide ou de l'information sur le sujet, n'hésitez pas à consulter le site de Tel-Jeunes qui propose une section entière dédiée à l'intimidation. Nous vous invitons aussi à consulter les sites de Éducaloi, du Ministère de la Famille du Québec et du gouvernement du Canada qui proposent tous des informations pour les parents et les enfants qui se sentent concernés de près ou de loin par l'intimidation.

Publication Index Santé : 2017-07-20

Index Santé vous suggère
Inscription
Suivez-nous sur Facebook