Accueil » Outils santé » Actualité santé » La santé de la population est un moteur économique menacé : il faut plus d'investissements en prévention

La santé de la population est un moteur économique menacé : il faut plus d'investissements en prévention

La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) espérait voir dans le budget fédéral davantage de mesures pour promouvoir les saines habitudes de vie des Canadiens.

La santé de la population est un moteur économique menacé : il faut plus d'investissements en prévention

MONTRÉAL, le 20 mars 2019 /CNW Telbec/ - La santé de la population est une ressource économique précieuse. Il faut investir davantage pour réduire les dépenses en soins, ainsi que limiter les coûts sociaux, la souffrance humaine et l'invalidité associés à l'obésité et aux maladies chroniques. « Avec 15 millions d'adultes en surpoids et près de la moitié de la population souffrant d'au moins une maladie chronique au Canada, il faut intensifier les efforts avant qu'il ne soit trop tard », plaide Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

Accès pour tous à l'eau potable, aide aux municipalités et soutien à la saine alimentation : des bons coups à multiplier

La Coalition Poids se réjouit de la confirmation des engagements du gouvernement visant à poursuivre la mise en œuvre de la Stratégie en matière de saine alimentation, particulièrement les mesures destinées à réduire la publicité alimentaire destinée aux enfants et l'étiquetage des aliments favorisant des choix plus éclairés. Elle salue aussi l'intention renouvelée du gouvernement d'instaurer une politique alimentaire pour le Canada.

Toutefois, elle est impatiente de voir ces mesures adoptées et s'étonne que les investissements associés restent aussi modestes. « Les maladies associées à une alimentation de mauvaise qualité coûtent plus de 26 milliards de dollars par année aux Canadiens et engendrent la perte de nombreuses années de vie en bonne santé pour les citoyens. On s'attend à ce que les investissements et les actions réalisées pour soutenir la saine alimentation des Canadiens, de même que la vitesse à laquelle ces mesures sont adoptées, correspondent à l'ampleur du problème. Actuellement, ce n'est pas le cas », affirme Corinne Voyer.

Parallèlement, la Coalition Poids est heureuse de constater que les efforts visant à rendre l'eau potable accessible à tous les Canadiens se poursuivent. « Rendre l'eau accessible est une condition essentielle pour faire contrepoids au fléau actuel de la surconsommation de boissons sucrées, entre autres dans les communautés autochtones », explique Mme Voyer.

Enfin, elle salue le financement accru aux municipalités, notamment pour des projets de transport en commun, des loisirs et des sports. Les aménagements et services offerts dans les municipalités ont des impacts importants sur l'adoption et le maintien d'un mode de vie physiquement actif.

Attribution de subventions pour l'innovation alimentaire : prudence nécessaire

Si le gouvernement veut soutenir davantage des entreprises agroalimentaires au sein d'une « supergrappe » d'innovation en production alimentaire dirigée par l'industrie ou par le Fonds pour l'innovation destiné à la transformation d'aliments, il va de soi qu'il doit s'abstenir de subventionner une industrie dont les produits ou les activités commerciales ont des externalités négatives sur le plan de la santé publique. « Pour assurer la cohérence intragouvernementale et une bonne gestion des finances publiques, l'impact sur la santé devrait être considéré parmi les critères de sélection des entreprises alimentaires soutenues par le gouvernement. Il est essentiel de soutenir sans nuire », soutient Corinne Voyer.

Opportunité à saisir : créer de la richesse par une taxe sur les boissons sucrées
La surconsommation de boissons sucrées est l'un des importants contributeurs à l'épidémie d'obésité. La consommation actuelle de ces boissons, moussée par un marketing agressif, a des externalités négatives importantes sur la santé des Canadiens et sur celle de la planète. Ainsi, considérant les ressources gouvernementales limitées, la coresponsabilité de l'industrie dans cette problématique et l'influence des prix sur la consommation, l'instauration d'une taxe sur les boissons sucrées dont les revenus sont dédiés à la prévention fait partie des solutions à mettre en place et réclamées par la Coalition Poids et de nombreux autres organismes.

Il s'agit d'une mesure fiscale prometteuse appliquée avec succès ailleurs, entre autres en France, au Mexique et dans plusieurs municipalités américaines comme la Ville de Berkeley. « Adopter une taxe sur les boissons sucrées créerait de la richesse au sens propre, comme au sens figuré. Il faut décourager la consommation régulière de ce produit néfaste à la santé et investir massivement en prévention. À l'approche des élections fédérales, nous invitons tous les partis politiques à inclure cette mesure porteuse en matière de coût-bénéfice dans leurs plateformes électorales pour le budget de l'an prochain », conclut Mme Voyer.

Publication Index Santé : 2019-03-20 - Nombre de visites depuis la publication : 34564

Index Santé vous suggère
Suivez-nous sur Facebook
Emplois en santé
Inscription