Accueil » Chroniques santé » Famille, grossesse et nouveau-né » L'angoisse de l'accouchement

L'angoisse de l'accouchement

Bien que donner naissance soit un événement heureux, la majorité des femmes enceintes appréhendent le moment de l'accouchement. Plusieurs questionnements et préoccupations surgissent, ce qui est tout à fait normal.

L'angoisse de l'accouchement

Il est assez courant que certaines femmes enceintes éprouvent des états d'anxiété plus ou moins intenses avant l'accouchement. Des changements hormonaux peuvent parfois être responsables d'une plus grande sensibilité et de certaines difficultés émotionnelles. Une première grossesse entraîne chez presque la moitié des femmes enceintes des peurs concernant leur santé et celle du bébé à venir.

La peur engendre une certaine anxiété surtout dans les trois derniers mois de la grossesse, mais certaines femmes peuvent ressentir cette anxiété tout au long de leur grossesse. Un peu d'anxiété n'est toutefois pas considéré comme négatif. Elle permet aux femmes enceintes d'être responsables en adoptant des comportements sécuritaires pour leur futur bébé et de s'occuper des préparatifs nécessaires à son arrivée.

Principales craintes des femmes enceintes

Les trois principales craintes des femmes durant la grossesse sont la peur de l'accouchement, la peur d'une fausse-couche ou que le bébé ne soit pas en bonne santé et la crainte de ne pas être une mère compétente. Chez certaines femmes enceintes, l'anxiété peut se transformer en une phobie quant à la naissance. Puisqu'un premier accouchement est une situation inconnue, certaines femmes ressentiront une anxiété importante face à cet événement. Certaines futures mères craignent aussi de ne pas rester en contrôle lors de l'accouchement et appréhendent cet événement. Un premier accouchement difficile peut aussi engendrer l'angoisse d'un deuxième accouchement.

Des façons de réduire l'angoisse liée à l'accouchement

Parler de ses craintes avec son médecin, s'informer sur le déroulement d'un accouchement et prendre des cours prénataux sont des moyens efficaces pour chasser certaines peurs. À préciser que lors d'un accouchement, le personnel médical s'avère aussi un support formidable pour les futures mamans.

La peur d'une fausse-couche ou que le bébé ne soit pas en santé peut provenir de problèmes rencontrés lors d'une grossesse antérieure. Cette crainte peut aussi provenir des mauvaises expériences vécues par d'autres femmes de l'entourage. Il est donc pertinent de faire le point et de trouver d'où provient cette anxiété afin de la contrôler ou du moins la diminuer.

Il sera aussi bénéfique de pratiquer des activités de détente et de divertissement ainsi que des exercices de relaxation. Il faut aussi garder en tête que la plupart des naissances se déroulent bien et que les bébés sont généralement en très bonne santé.

Ressources et références

Afin de réduire la crainte de ne pas être à la hauteur comme mère, plusieurs ressources sont à la disposition des futures mamans. N'hésitez pas à vous informer auprès du CLSC de votre région. Si l'anxiété pendant la grossesse persiste et qu'elle perturbe le sommeil, la concentration et qu'elle engendre une mauvaise perception de soi-même, de la tristesse, de la fatigue, de l'irritabilité, etc., il est recommandé de consulter un médecin. En terminant, nous vous invitons également à consulter la section « Santé mentale et grossesse » publiée par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Publication Index Santé : 2019-01-03

Index Santé vous suggère
Inscription
Suivez-nous sur Facebook
Emplois en santé