Accueil » Outils santé » Actualité santé » Le sommeil, la violence et le risque de décrochage chez les élèves du secondaire

Le sommeil, la violence et le risque de décrochage chez les élèves du secondaire

L'Institut de la statistique du Québec rend publique aujourd'hui une étude réalisée à partir des données de l'Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017 (EQSJS).

Le sommeil, la violence et le risque de décrochage chez les élèves du secondaire

MONTRÉAL, le 26 mars 2019 /CNW Telbec/ - Dans la foulée de la publication du rapport en décembre 2018, trois sujets ont été analysés de manière plus approfondie à la demande du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur : les facteurs associés au manque de sommeil, à la violence subie à l'école ou sur le chemin de l'école et au risque de décrochage scolaire.

De façon générale, l'étude montre que l'environnement social des jeunes, et tout particulièrement le soutien dans la famille, est lié à leur santé et à leur bien-être. En effet, les élèves qui se sentent moins bien entourés ont une probabilité plus grande de manquer de sommeil, d'être victimes de violence ou de cyberintimidation et de présenter un risque élevé de décrochage scolaire.

Le sommeil des jeunes

Selon l'EQSJS, un tiers des jeunes dorment moins d'heures que le minimum recommandé pendant la semaine d'école. Les résultats montrent que les élèves ne bénéficiant pas d'un niveau élevé de supervision parentale ou dont le niveau de participation dans l'environnement familial est faible ou moyen sont plus susceptibles de manquer de sommeil. Parmi les autres facteurs associés au sommeil insuffisant, mentionnons l'estime et la maîtrise de soi ainsi que les conduites imprudentes, rebelles ou délinquantes.

La violence subie à l'école ou sur le chemin de l'école

Un élève sur trois subit de la violence à l'école. De nombreux facteurs sont associés à une probabilité plus grande d'être victime de gestes d'intimidation ou de cyberintimidation, notamment :

- un soutien faible ou moyen des amis;
- une faible estime de soi;
- un trouble de santé mentale tel que la dépression, l'anxiété ou un TDAH;
- une situation financière familiale perçue comme moins avantageuse que celle des camarades de classe;
- des comportements d'agressivité physique ou verbale.

Le risque de décrochage scolaire

Près de 18 % des élèves du secondaire ont un indice élevé de risque de décrochage scolaire. Mentionnons que les jeunes étant les plus susceptibles de présenter un risque élevé de décrochage :

- ont une faible estime d'eux-mêmes;
- ont reçu un diagnostic de TDAH;
- manifestent des comportements d'agressivité physique et verbale.

Des résultats au service des milieux scolaires et des parents

Les différentes analyses présentées dans cette étude ont pour objectif de soutenir les actions visant à améliorer le bien-être des adolescents québécois et à favoriser leur persévérance scolaire.

Découvrez les résultats complets dans la publication diffusée sur le site Web de l'Institut de la statistique du Québec.

L'Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017

Réalisée pour le compte du ministère de la Santé et des Services sociaux, l'EQSJS a été menée dans 465 écoles secondaires publiques et privées du Québec. Plus de 62 000 jeunes ont répondu à des questions qui portaient sur un grand nombre de thèmes touchant à l'adaptation sociale et à la santé mentale ainsi qu'à la santé physique et aux habitudes de vie.

Publication Index Santé : 2019-03-26 - Nombre de visites depuis la publication : 23099

Index Santé vous suggère
Emplois en santé
Suivez-nous sur Facebook
Inscription