Accueil » Outils santé » Actualité santé » Semaine nationale de la santé mentale - Voir autrement pour contrer la détresse psychologique

Semaine nationale de la santé mentale - Voir autrement pour contrer la détresse psychologique

L'importance de promouvoir la santé mentale devient un enjeu de société majeur au moment où de plus en plus de gens s'éclipsent de la vie active, ne pouvant plus suivre le rythme et où les changements sont multiples et quotidiens.

Semaine nationale de la santé mentale - Voir autrement pour contrer la détresse psychologique

MONTRÉAL, le 6 mai 2019 /CNW Telbec/ - On estime que deux étudiant-e-s sur trois au niveau secondaire vivent un stress qui a une influence négative sur leurs études, que la moitié des étudiant.e.s à l'université ressentirait des symptômes dépressifs, que le quart des travailleur.e.s éprouverait de la détresse psychologique et que trois personnes agricultrices sur cinq vivraient de l'anxiété. Et aujourd'hui, on ne peut pas oublier le stress que vivent les milliers de personnes affectées par les inondations ni la montée de l'écoanxiété.

Voir autrement

Dans une époque où l'on tente de trouver un équilibre à la fois dans sa vie personnelle et au travail alors que nous sommes en pénurie de main-d'œuvre, d'intensification des demandes au travail et d'adaptations constantes dans la vie quotidienne, il est urgent de voir autrement et de mettre de l'avant des stratégies pour favoriser une bonne santé mentale.

Dans le cadre de la Semaine nationale de la santé mentale, qui se tiendra du 6 au 12 mai, le Mouvement Santé mentale Québec lance un cri du cœur afin de mobiliser la société face à ce mal de l'âme pour qu'ensemble nous puissions découvrir de nouvelles pistes de solutions.

La santé mentale : une priorité

L'Organisation mondiale de la santé mentionne qu'il n'y a pas de santé sans santé mentale. On oublie que beaucoup de gens vivent de manière presque permanente à la limite de leurs capacités ou dans un état de vulnérabilité important. Cette situation a un impact sur les personnes et sur leur environnement. Au travail par exemple « la surcharge de travail, l'intensité et la complexité des tâches provoquent du stress, de l'épuisement professionnel, des symptômes de dépression et d'anxiété et même de la violence et du harcèlement psychologique. Les études le montrent clairement. Il s'agit d'un problème d'organisation du travail et non pas de performance individuelle, » indique Sonia Ethier, présidente de la CSQ. On estime que le tiers des réclamations d'assurances découlerait d'un problème de santé mentale1 et que le coût de l'absentéisme serait estimé à 16 milliards de dollars annuellement au Canada 2. Pour Renée Ouimet, directrice du Mouvement Santé mentale Québec, « nous contribuons trop souvent à cette souffrance, aux exigences de performance, à la volonté de faire plus avec moins et à la « banalité du mal », comme dirait Hannah Arendt ». Pourtant, parler de santé mentale et revoir nos manières de faire, nos stratégies d'adaptation peuvent être profitable individuellement et socialement. En effet, seulement au niveau du travail, on estime que les organisations qui prennent soin de la santé mentale de leurs employé.e.s les rendraient plus heureux et économiseraient jusqu'à trois fois leurs investissements3. Il faut donc non seulement outiller les individus, mais aussi mettre en place des stratégies collectives.

Une alliée au potentiel insoupçonné

« La santé mentale est primordiale pour nous permettre d'agir, de réaliser notre potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, explique Renée Ouimet. Elle nous permet de nouer et d'entretenir des relations, d'apporter sa contribution à la collectivité, de découvrir des loisirs qui nous plaisent et de trouver le temps pour s'y adonner. Malheureusement, on ne fait pas de la santé mentale une priorité. »

« Je m'estime chanceux d'avoir croisé la route de professeurs et d'intervenants qui m'ont aidé à identifier mes forces et découvrir de nouveaux horizons, » témoigne David Goudreault, porte-parole pour le Mouvement Santé mentale Québec. Ils m'ont permis de développer une passion, de rester à l'école et de trouver ma voie. Cette ouverture me permet aujourd'hui de m'épanouir en tant que romancier, poète, chroniqueur et travailleur social. J'essaie de poser un regard différent face aux défis de chacun. Je rencontre malheureusement trop souvent des jeunes en détresse et des gens qui ont perdu le sens de leur vie. Je souhaite que l'enjeu de la santé mentale soit mis de l'avant de façon plus importante afin que tous et toutes puissent trouver leur propre voie et contribuer à un monde meilleur. »


Une invitation à la découverte

« Découvrir c'est voir autrement » est le slogan de la Campagne annuelle de promotion de la santé mentale du Mouvement SMQ. Découvrir est l'une des astuces qui favorisent le bien-être psychologique. Tous les jours, nous avons à faire face à de nouvelles situations, choisies ou non, qui provoquent du stress et bien souvent de la résistance. Notre capacité à faire face au changement dépend de notre capacité à réajuster nos stratégies et à user de créativité. Dans le cadre de la Semaine nationale de la santé mentale, du 6 au 12 mai, de nombreuses activités sont organisées par le Mouvement SMQ, ses groupes membres et de nombreux relayeurs. Elles se dérouleront à travers toute la province. Pour clore la Semaine, le Mouvement SMQ, en collaboration avec l'Association des art-thérapeutes du Québec, invite toute la population à les rejoindre le samedi 11 mai de 10 h à 17 h. Lors de cette journée on entendra des panellistes stimulant.e.s, on rencontrera des livres vivants qui partageront un chapitre de leur vie avec notamment : un camelot du journal L'Itinéraire qui suit l'itinéraire qu'il s'est tracé, une fille qui s'est retrouvée dans le mauvais corps trop longtemps, un homme qui a choisi de quitter sa famille et sa communauté religieuse pour vivre autrement, ainsi qu'une policière de la GRC retraitée suite à un choc post-traumatique. La population pourra aussi découvrir la thérapie par les arts à travers de nombreux kiosques et participer à une dérive urbaine. Retrouvez tous les détails sur etrebiendanssatete.ca.

Où : Pavillon EV de l'Université Concordia situé au 1515, rue Sainte-Catherine Ouest à Montréal (il est aussi possible de participer aux panels par Facebook en direct).

Des outils portant sur la santé mentale (affiches, dépliants, fiches d'activités) peuvent être commandés ou téléchargés et des webinaires visionnés. Visitez le site etrebiendanssatete.ca.

Publication Index Santé : 2019-05-06 - Nombre de visites depuis la publication : 7015

Index Santé vous suggère
Inscription
Emplois en santé
Suivez-nous sur Facebook