Accueil » Outils santé » Actualité santé » Une équipe de recherche californienne publie les résultats prometteurs d'un vaccin universel à base de peptides pour lutter contre le cancer

Une équipe de recherche californienne publie les résultats prometteurs d'un vaccin universel à base de peptides pour lutter contre le cancer

Une équipe de chercheurs du Dr Rath Research Institute en Californie a mis au point un vaccin contre le cancer efficace pour réduire la croissance tumorale.

Une équipe de recherche californienne publie les résultats prometteurs d'un vaccin universel à base de peptides pour lutter contre le cancer

SANTA CLARA, Californie, 7 novembre 2018 /CNW/ - Ce vaccin à base de peptides cible des enzymes spécifiques appelées métalloprotéinases (MMP) qui sont nécessaires à la croissance des tumeurs ainsi qu'à la formation de métastases et de vaisseaux sanguins dans les tumeurs (angiogenèse). L'équipe de recherche du Dr Rath a montré que les souris de laboratoire, vaccinées avec des peptides contenant des séquences spécifiques de MMP-2 et de MMP-9, puis exposées à des cellules cancéreuses de mélanomes, voyaient le volume de leur tumeur se réduire de 76 % en moyenne comparativement aux souris témoins non vaccinées. Par ailleurs, il convient de souligner que certains animaux vaccinés n'ont développé aucun cancer.

L'étude a été publiée en octobre 2018 dans le Journal of Cellular Medicine and Natural Health en ligne.

Alors que le cancer demeure le deuxième plus grand problème de santé publique avec ses 7 millions de victimes chaque année, la nouvelle approche thérapeutique a le potentiel de changer cette réalité. Comparativement aux anticorps monoclonaux ou aux molécules biosimilaires récemment créées pour combattre le cancer, l'approche vaccinale anti-MMP promet d'être beaucoup plus efficace et abordable dans la lutte mondiale contre cette maladie. Alors que les anticorps monoclonaux et biosimilaires sont dirigés contre un type spécifique de cancer, le vaccin anti-MMP, lui, peut cibler tous les types de cancer. De plus, alors que le traitement aux anticorps monoclonaux et biosimilaires exige généralement des injections une ou deux fois par mois, le vaccin anti-MMP ne nécessiterait qu'une seule vaccination et une dose supplémentaire ne pourrait être requise que plusieurs années plus tard.

La vaccination anti-MMP - si elle est mise au point avec succès - pourrait être offerte au public par les services de santé nationaux ou internationaux à un coût raisonnable.

Afin d'empêcher que cette technologie précieuse ne devienne inabordable pour la majorité des patients et des pays, le Dr Rath Research Institute a obtenu une protection par brevet dans de nombreux pays. L'institut est à la recherche d'instituts de recherche publics, d'organismes de recherche gouvernementaux et d'autres organisations à but non lucratif pour développer conjointement cette technologie prometteuse dans le but de traiter, de prévenir et éventuellement d'éliminer le cancer.

Publication Index Santé : 2018-11-08 - Nombre de visites depuis la publication : 14079

Index Santé vous suggère
Inscription
Suivez-nous sur Facebook