Accueil » Chroniques santé » Exercice et perte de poids » La périostite tibiale

La périostite tibiale

L'entraînement physique fait partie d'un mode de vie sain. Cependant, le surentraînement peut provoquer chez certains sportifs plusieurs problèmes, dont celui de la périostite tibiale.

La périostite tibiale

Présente chez plusieurs coureurs, la périostite tibiale nécessite souvent, au grand malheur de l'athlète, une période de repos complet. Le principal symptôme d'une périostite tibiale se caractérise par une sensation de brûlure douloureuse sur la partie avant du tibia pendant et après l'entraînement, durant la marche et même au repos. Dans certains cas, il peut y avoir présence d'une enflure au toucher. Dans le cas d'une douleur prolongée, il est conseillé de consulter un médecin afin d'écarter un diagnostic plus grave comme une fracture de stress de l'os.

Le périoste

Les os du corps humain, à l'exception des os des articulations, sont recouverts d'une légère membrane nommée le périoste. Cette membrane accomplit plusieurs rôles importants. Elle apporte des nutriments pour l'os qu'elle entoure afin de contribuer à sa croissance et à sa guérison en cas de blessures. Les muscles, les ligaments et les tendons sont attachés à cette membrane. Sur le tibia, le périoste est recouvert de muscles beaucoup plus faibles que ceux du mollet.

Lors d'un entraînement, comme la course, les muscles, les tendons et les ligaments du mollet sont fortement sollicités. Ceux-ci travaillent à pleine capacité afin de compenser les muscles plus faibles du tibia. Le tibia subit alors une pression intense ce qui peut provoquer une inflammation du périoste que l'on nomme périostite tibiale.

Causes les plus fréquentes

L'entraînement intensif et excessif sur une longue période est la principale cause de la périostite tibiale. Des chaussures inadéquates, un manque de préparation avant l'entraînement ou une surface d'entraînement irrégulière peuvent également causer des douleurs associées à la périostite tibiale.

Dans certains cas, une faiblesse des ligaments de la cheville pourrait également être à l'origine du trouble. La cheville étant moins souple et mobile, un processus de compensation s'enclenche qui se répercute directement sur le tibia exigeant ainsi un effort trop important pour cette partie de la jambe. La périostite tibiale peut également être causée par une anomalie au niveau des genoux ou du bassin (désalignement, faiblesse, jambe plus courte, etc.)

Traitements et conseils préventifs

Le traitement le plus approprié dans le cas d'une périostite tibiale est le repos et l'arrêt complet de l'activité physique afin d'éviter que la douleur s'aggrave. L'application de glace ou de compresses froides deux à quatre fois par jour diminuera la douleur ressentie. Dans certains cas, des anti-inflammatoires peuvent être nécessaires.

Afin de prévenir la périostite tibiale, il est recommandé de bien se préparer avant le début d'un entraînement. Les étirements et les exercices de renforcement musculaire sont très importants avant de commencer une activité, surtout si celle-ci est axée sur la course. Il est important de respecter ses propres limites physiques et être à l'écoute des signaux d'alarme ressentis.

Si une douleur est ressentie durant une activité physique, il est préférable de ralentir le rythme de l'entraînement ou d'arrêter complètement l'activité. Il est fortement recommandé de toujours s'équiper de chaussures de qualité adaptées à l'activité physique pratiquée afin de réduire les risques de blessures.

Publication Index Santé : 2015-06-18

Index Santé vous suggère
Inscription
Suivez-nous sur Facebook